Smuggling Puppies in the name of Love / Contrebande de Chiots au nom de l’Amour

15 Oct


In 2009, Gina and I moved to Chichicapam, a tiny Zapoteco village in Oaxaca, Mexico. This was the home of our first official IT’SKOOL program, a community service in which we offer free alternative education to the the local population. Second day in as we were settling in on our farm with our beloved adoptive family, we received a heavenly little gift, a gift we just couldn’t refuse! There she was so tiny, a little white ball all alone and cold, at a foot of a tree, whining and terrified. All I could hear is Gina gasping “Awwwww” and a little voice ringing in my head  “help me, help me…love me please”. It was all over from there. There wasn’t much of a choice as this adorable puppy was otherwise doomed to certain death as she was unluckily born a female (it’s a burden for farmers as they bring more puppies). Plus to boot, there were already so many stray dogs around the neighborhood, it would only be a matter of days before she would starve to death. We were conflicted knowing that our time in Mexico was limited, but the urge to spread our love to this beautiful puppy outweighed all other thoughts. So even though we didn’t have a proper home and tend to be always be on the go, not to mention the fact that we were extremely limited on money (so feeding ourselves was a problem let alone a new addition to the family) we took her in and she became our daughter. Kalula quickly adapted to the family lifestyle, sleeping in our bed, sharing food at meal time. She was our best friend and our center of attention. She grew up following us through mountains, rivers and even sat in on every class we gave. En 2009, Gina et moi avons emménagé à Chichicapam, un minuscule village zapotèque dans l’état de Oaxaca, au Mexique. C’est là bas que nous avons lancé notre premier programme officiel IT’SKOOL (un service communautaire pour lequel nous offrons gratuitement une éducation alternative à la population locale). Le jour suivant notre arrivée dans notre nouvelle ferme, nous avons reçu un cadeau du ciel, un don que nous ne pouvions tout simplement pas refuser! Elle était là, si minuscule, une petite boule blanche toute seule et tremblante de froid, au pied d’un arbre, abandonnée et terrorisée. Nous entendions cette petite voix qui criait: “aidez-moi, aidez-moi … couvrez-moi d’amour s’il vous plaît”. Cet instant fut le début d’une longue histoire. A vrai dire, peu d’options s’offraient à nous car cet adorable chiot était voué à une mort certaine pour être malheureusement née femelle (c’est un fardeau pour les fermiers car elles feront d’autres portées). De plus, il y avait déjà des chiens errants en pagaille dans le quartier, et il ne serait donc question que de quelques jours avant de la retrouver morte de faim. Un conflit immense nous tiraillait; nous n’allions rester que 6 mois au Mexique, mais l’envie de répandre notre amour à ce chiot pris le dessus. Donc, même si nous étions fauchés (on serrait déjà la ceinture à l’époque) et avec pour réputation de vivre sur la route, nous avons adopté cette petite boule d’amour qui devint notre fille. Kalula s’est rapidement adapté au style de vie familiale à dormir dans notre lit et à partager tous nos repas. Pendant tous ces mois, elle fut notre meilleure amie et notre centre d’attention. Elle grandi en nous suivant à travers les montagnes, les rivières et même en assistant à chaque cours que nous donnions.

.

6 months flew by without us even noticing, and it came time to bid farewell to our beloved Mexico to head back to the USA, but now what to do with our little Kalula. It wasn’t part of the original plan, but plans are meant to change and there was absolutely no way we could leave our puppy behind. She deserved a loving family and a place where she would receive all the hugs and attention she needed. During our long journey back to the states, we became experts at smuggling. We snuck her into local buses, metros and even a taxi (hiding her in a big Cinderella bag partially drowsy drugged [don’t worry Gina is a veterinary nurse and calculated dosage] on Benadryl). Traveling with public transit quickly became the bane of our existence so we ended up hitch-hiking the whole way back. Although Kalula had all her vaccines and real fake papers, crossing the US border is never an easy feat. We knew it was going to be a real challenge and we almost considered crossing the desert along the other illegal immigrants. Luckily, near the end we got picked up by a large SUV filled with other unimportant stuff, so it was easy to hide our little (fast growing though) puppy under our legs. Now, if you are a non-US citizen, with a big beard and a passport filled with stamps from Muslim countries, you probably know that crossing the border is not a quick thing. Now throw an illegal puppy into the mix and you are just asking for trouble. I answered all of the probing and useless questions that they fired at me, all the while calmly comforting and hiding our hyper little monster under my legs. We made it! Kalula was now an illegal Mexican dog in the US!!! Now was the hardest part of this whole ordeal…it was time to find her a happy home, another family. Ces 6 mois s’écoulèrent sans s’en apercevoir, et il était temps pour nous de dire adieu à notre cher Mexique et à tracer la route vers le nord, direction les Etats-Unis. Kalula ne faisait pas partie du plan originel, mais les plans sont destinés à être changés et il était hors de question de laisser notre chiot derrière. Elle méritait une famille d’accueil emplie d’amour et un endroit où elle recevrait tous les câlins et l’attention dont elle avait besoin. Durant notre long voyage jusqu’aux Etats-Unis, nous sommes devenus des experts en contrebande. Nous l’avons faufilée dans les bus locaux, les métros et même un taxi (nous la cachions dans un gros sac ‘Cendrillon’ légèrement anesthésiée au Benadryl. Ne vous inquiétez pas, Gina est une infirmière vétérinaire et ses dosages étaient calculés). Cependant, utiliser les transports en commun est rapidement devenu le fléau de notre existence et nous avons fini par remonter le pays en auto-stop. Bien que Kalula avait tous ses vaccins et de vrais faux papiers, traverser la frontière américaine n’est jamais chose facile. Nous savions que ça allait être un véritable défi et nous avons presque opté pour la traversée du désert avec d’autres immigrants illégaux. Par chance, nous avons été pris en stop par un gros 4×4 rempli de trucs inutiles et autres babioles, ce qui nous facilita la tâche pour cacher notre ‘petit’ bébé entre les jambes (ce petit bébé tout de même en pleine croissance et difficile a dissimuler). Si vous n’êtes pas un citoyen américain, que vous avez une grosse barbe et un passeport remplis de tampons musulmans, vous savez probablement que franchir la frontière n’est pas une chose rapide et facile. Alors, ajouter un chiot illégal dans le mélange c’est vraiment chercher les ennuis ou jouer avec le feu. J’ai répondu à toutes les inutiles questions que m’ont mitraillé les agents d’immigration tout en tentant de cacher notre monstre hyperactif entre mes jambes. Pari réussi! Kalula était à présent un chien illégal aux Etats-Unis! Le plus dur restait à faire: lui trouver une famille adoptive qui prendrait soin d’elle.

.

After having a Hollywood billionaire bail on us and some other dodgy offers, Kalula’s new host family came to us (with help from the Universe I am sure). As we were sipping a fresh beer in Los Angeles, a huge, bald, tattoo-ridden El Salvadorian man approached us and out of nowhere asked us if we wanted to give our puppy away. He pulled out his i-phone to show us pictures of his kids, his big backyard and his other happy dog who was looking for a playmate. Sometimes you can’t deny what the universe wants to give you. It broke our hearts to part from our baby but we knew it was the right thing to do. To this day, we miss her terribly and there is not a day that goes by without mentioning her name, but we know she is happy (we actually used to call her over the phone every other day for the first 2 weeks). Après avoir été tourné en bourrique par un milliardaire hollywoodien et quelques offres douteuses, la famille de Kalula nous est apparu comme par miracle (avec l’aide de l’Univers, j’en suis sûr). Alors que nous sirotions une bière fraîche à Los Angeles, un énorme Salvadorien, au crâne rasé et aux bras recouverts de tatouages s’est approché de nous et sorti de nulle part nous a demandé si nous cherchions à donner notre chiot. Il sorti immédiatement son i-phone pour nous montrer des photos de ses enfants, de son grand jardin et de son autre chien qui serait le parfait compagnon de jeu. Parfois, on ne peut pas nier ce que l’univers essaye de nous donner. Cette séparation nous a brisé le coeur mais nous savions bien que c’était la meilleure chose à faire. À ce jour, notre petite Kalula nous manque terriblement et il n’y a pas un jour qui passe sans que nous mentionnons son nom, mais nous savons qu’elle est heureuse (on avait pris la mauvaise habitude de l’appeler par téléphone tous les jours pendant les 2 premières semaines).

.

So this was our way to spread love to a puppy, and boy let me tell you what an adventure! Funny thing of it is…we would probably do it all over again if given the chance…and sure enough, it will come soon. Ce fut donc notre humble façon de répandre un peu d’amour à un chiot, et croyez-moi, quelle aventure! Le plus drôle dans le fond, c’est que nous dès que l’opportunité se représentera, nous recommencerons… et bien sûr, ça ne devrait pas tarder…


WANT MORE? Z’EN VOULEZ PLUS?

☞ Consider adopting a puppy instead of buying one from a pet store. Envisagez l’adoption d’un chiot au lieu d’en acheter un dans une animalerie.

☞ If you want more information about our free school, click hereSi vous voulez plus d’informations sur notre école gratuite, cliquez ici.


Advertisements

2 Responses to “Smuggling Puppies in the name of Love / Contrebande de Chiots au nom de l’Amour”

  1. Maureen Bouey October 16, 2011 at 9:33 am #

    What a great story….and so you:) The amazing Law of Attraction at work!

  2. melanie Mehrer October 24, 2011 at 1:39 pm #

    I brought a rabbit from Taiwan once- legally, mind you. Loooong story which ended up eventually with the pilot of my plane refusing to lift the plane off the tarmac till the rabbit was safely on board. He was also a rescue, given to me outside of a bar in Taipei on New years night, an accessory to a girls’ New years outfit. I loved that little guy so much, and still miss him. xx

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: